Etude sur les traumatismes liés à la pratique du kitesurf

Résumé de l’article « a prospective study of kitesurfing injuries » par Christophe Nickel, The American Journal of Sports Medcine, vol.32, N°4. Des chiffres qui vous feront peut-être réfléchir sur votre manière de pratiquer. Attention, cette étude date de 2010.

 

« a prospective study of kitesurfing injuries »

Le kitesurf est un sport d’eau de plus en plus populaire. Le kitesurfeur utilise une planche, ou surf, tracté par une aile, ou kite, d’une surface de 5 à 21 mètres carrés, contrôlée par une barre, reliée à l’aile par quatre ou 5 lignes. Pour permettre de récupérer le kite en cas de perte de contrôle, le kitesurfeur est relié à une ligne de l’aile par un « kiteleash » et à la planche par un « boardleash » (ce dernier optionnel). Le kitesurfeur est fixé à la planche par l’intermédiaire de foot straps, il peut atteindre une vitesse de trente à quarante nœuds, il réalise des figures et des sauts.

Les auteurs ont conduit une étude sur une saison de six mois de kitesurf incluant 235 athlètes d’une moyenne d’âge de 27,2 ans. Le but de l’étude est l’évaluation des traumatismes et la recommandation de mesures préventives. Le nombre de traumatismes relevés sur cette période est de 124, soit 7 traumatismes pour 1000 heures de pratique (2,5 fois plus en compétition qu’à l’entraînement). Ils se répartissent de la manière suivante :

  • un accident fatal par poly-traumatisme, 3% de lésions sévères (plus de six semaines d’incapacité sportive)
  • 19% de lésions de gravité moyenne (plus d’un jour d’incapacité sportive)
  • 77% de lésions bénignes (poursuite du sport possible). Les localisations les plus fréquentes sont la cheville et le pied (28%), le crâne (14%), le thorax (13%) et le genou (13%).
  • On relève de nombreuses contusions (33%) essentiellement par projection contre un obstacle ou par retour du surf par le leash élastique.

26% des blessures sont attribuées à une incapacité à larguer le kite lors d’une perte de contrôle. Les athlètes qui utilisent un « largueur rapide » de leur aile (18%) subissent moins de traumatisme que ceux qui n’en utilisent pas. La moitié des traumatismes des chevilles, pieds et genoux se font lors de réception de saut à une distance inférieure à 50 mètres de la plage ou sur la plage. Seuls 7% des athlètes utilisent un casque, aucun n’utilise de protection de la tête.

Les auteurs concluent que le kitesurf est un sport à haut risque avec 7 traumatismes pour 1000 heures de pratique contre 4,66 dans les sports de contact. Cependant les traumatismes sévères ne sont pas plus fréquents dans cette étude que dans la pratique du handball ou du football américain.

En résumé, lors de la pratique du kitesurf, on retiendra quelques mesures préventives :

  • un montage correct des lignes
  • un bon apprentissage technique
  • une pratique dans des zones réservées
  • avec une hauteur d’eau suffisante et à une bonne distance de la plage
  • le port d’un casque surtout en cas d’utilisation d’un « boardleash »
  • le recours à un largueur rapide.

note: le premier paragraphe de l’article a été corrigé. « Le kitesurf est un sport… …des figures et des sauts. »

Source article

Par le Docteur Yves GUGLIELMETTI. le 11 juin 2010

 

Traumatismes liés à la pratique du kitesurf.

Voir également les rapports d’accidents de kitesurf de la FFYB dans les commentaires de Xav ci-dessous.

About ben2002neb

Flysurfer Soul 15m, Peak4 13m, Stoke 9m, Boost 7m, Boosté 5m, Flyradical 5 144/46, Flydoor 164, TIKI 163, surf Mitu 5'10, Zeeko foil white&green Promo rider Flysurfer, www.billykite.be. matos en test Bretagne (Perros Guirec) durant les vacances sinon Hollande et Belgique

12 comments

  1. un peu vieux l’étude,…et encore parler de leash de planche,…

  2. Source FFVL :

    Depuis 1 an combien de fois vous êtes vous retrouvés personnellement en situation/risque d’accident sans que celui-ci ait lieu ?
    docpacific, le Lun, 30/03/2009 – 00:05.

    0 cas 37% (396 votes)
    0-5 56% (600 votes)
    6-10 3% (37 votes)
    11-15 1% (12 votes)
    15 et + 3% (33 votes)

    Total des votes : 1078

  3. Guide de référence FFVL Sécurité et Secours :

    http://kite.ffvl.fr/sites/kite.ffvl.fr/files/GNR_kitesurf.pdf

    Risques et conséquence à partir de la page 22.

  4. Bulletin de sécurité de la FFVL, avec une check list et le rappel des priorités :

    http://kite.ffvl.fr/sites/kite.ffvl.fr/files/BSK8.pdf

  5. Enfin pour voir de plus près, l’évaluation (test labo) des systèmes de sécurité (juillet 2012) :

    http://kite.ffvl.fr/sites/kite.ffvl.fr/files/Campagne-Tests%202012.pdf

  6. tcheu, que de bonne info ! merci xav

  7. Le Rapport d’accidentologie FFVL 2011 est vachement intéressant!
    Merci pour ces infos xav!

  8. euh, et bien … noyade par aile folle en rotation …..il y a 6 ans , j’ai failli aussi y passer de cette façon là….
    COUPE LIGNE !!!!!!!

  9. J’ai un coupe ligne dans mon harnais mais j’y avais jamais pensé. Peut-être devrais-je m’entrainer (Jérôme, tu as une barre à prêter ?)

    Accident mortel du 21/05/2011 en nouvelle Calédonie (au large de la Marina de Coulac) non-licencié Agé de 15 ans La victime nageait pour récupérer son aile et a été attaqué par un requin blanc.

    En France, Belgique et Pays-Bas, on a déjà pas de requin !

  10. si si , a la panne cet été il y en avait un !!! 😉 (ou pas loin de la panne , je sais plus)

  11. Ouais bon – 6/11/2011 : je me fracasse à Oostduinkerke : ambulance – hôpital de Furnes et 3 mois out + 3 vis dans la jambe – rassurez-vous : je vais bien et j’ai repris le kite – rushhh ! mais je dois faire partie des stats maintenant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.